Le rôle indispensable de la France en santé mondiale

L’aide publique au développement, ça marche vraiment ? La France est-elle indispensable ? C’est à n’en pas douter, si l’on prend l’exemple de la santé. A elle seule, en 2015, la France a permis de sauver la vie de près de 2 millions de personnes atteintes de la tuberculose, du sida et du paludisme [1].

Membre fondateur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, la France en est le deuxième contributeur financier historique et le premier contributeur européen. La France est également premier donateur d’UNITAID, qui finance la prévention, le diagnostic et l’accès aux traitements contre les trois grandes pandémies. La France promeut à l’international la couverture sanitaire universelle, pour permettre à toutes et tous d’avoir accès à des soins de qualité sans barrières financières.

Or, ces dernières années, les baisses de l’aide au développement française ont un impact direct sur la politique en santé mondiale de la France. Par exemple, pour la première fois depuis sa mise en place, la France ne fait aucune contribution directe à Gavi, l’Alliance du Vaccin pour la période 2016-2020.

Il appartient à la France d’honorer son engagement politique et historique pour la santé dans le monde, en inversant dès à présent la tendance.

Pour que chacun puisse avoir accès aux soins, peu importe sa situation sociale ou son pays, demandez à vos députés d’augmenter l’aide de la France ! #MERCIDAVANCE

[1] Chiffres obtenus à partir du nombre total d’enfants sauvés et immunisés par Gavi, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose, le paludisme et UNITAID en 2015 ; et de la part de la contribution française à leur budget total.