L’aide au développement sur le terrain, l’histoire de Frances Adong en Ouganda

A travers son engagement militant, Frances Adong a pu participer à une formation organisée par le réseau des associations de la société civile (PAC) soutenu par Oxfam avec l’appui financier du gouvernement néerlandais. La formation lui a permis d’avancer sur les problèmes auxquels elles et ses voisins faisaient face, notamment l’absence d’école dans sa communauté, et le fait que les enfants devaient marcher des kilomètres pour aller à l’école. Avec l’aide de PAC, elle a organisé des réunions entre les communautés locales et les représentants du gouvernement pour remédier à ce problème.

Frances Adong revient de loin. Son mari est décédé du VIH/SIDA en 2000, la laissant seule pour subvenir aux besoins de ses quatre enfants, notamment pour payer l’école. Bien que ces circonstances l’aient bouleversée, elle n’a jamais arrêté d’agir pour sa communauté.

En fait, c’est cette tragédie qui l’a poussé à devenir militante. Peu après la mort de son mari, Frances Adong a décidé de faire quelque chose contre l’épidémie de VIH/SIDA qui se propageait dans sa communauté, détruisant des familles. Elle a donc réuni les femmes de sa paroisse et créé son association.

Depuis presque dix ans, Frances Adong est active au sein du comité de planification de sa région d’Oseera en Ouganda. Elle mobilise sa communauté en tant que leader d’un parlement citoyen (ou assemblée locale). Ces groupes, organisés au niveau d’une petite communauté, permettent aux villageois-e-s de discuter de leurs besoins avec des membres du gouvernement, renforçant au passage la capacité d’agir des citoyen-ne-s.

Peu après, elle a mobilisé sa communauté pour élire un parlement citoyen, et renforcer le dialogue entre sa communauté et ses représentants. Après des intenses efforts de dialogue et d’influence politique auprès du gouvernement, le village d’Oseera possède aujourd’hui une école.

Pour que chacun puisse jouer un rôle dans la vie citoyenne de sa communauté, quelles que soient ces circonstances personnelles, demandez à vos députés d’augmenter l’aide de la France ! #MERCIDAVANCE