Appel à tous les député.e.s pour augmenter l’aide internationale

Dans le cadre de l’examen du Projet de loi de finances 2018, les associations du collectif #MERCIDAVANCE ont réaffirmé leur demandes pour augmenter l’aide internationale. Jeudi 12 octobre la commission des finances de l’Assemblée nationale ne s’est pas prononcée pour des mesures permettant d’augmenter ce budget pour la lutte contre la pauvreté et le changement climatique, grâce notamment à une taxe sur les transactions financières ambitieuse et solidaire.

La mobilisation se poursuit maintenant dans l’hémicycle, et auprès de tous les député.e.s ! Chacun d’entre eux-elles a l’opportunité de défendre les valeurs de solidarité de la France et de rectifier le faible budget de l’aide présentée par le gouvernement fin septembre.

Interpellons tous les député.e.s pour une taxe sur les transaction financière (TTF) ambitieuse et solidaire, et engageons-les à promouvoir l’augmentation de l’aide à travers ces trois leviers :

  • Une affectation à 100% des revenus de la taxe à l’aide au développement, contre 50 % actuellement
  • Une augmentation du taux de la taxe de 0,3 % à 0,5 % - un taux déjà en place au Royaume-Uni
  • Un élargissement de la taxe aux opérations intra journalières, les plus spéculatives, revenant ainsi sur une décision du gouvernement de supprimer cette mesure adoptée par la précédente mandature, qui pourrait rapporter entre 2 et 4 milliards supplémentaires.

Rappelons que la TTF a été créée par Nicolas Sarkozy et mise en place en 2012 par François Hollande dans le but de financer la solidarité internationale et la lutte contre les changements climatiques. En l’améliorant, la France pourrait rattraper son retard sur ses voisins comme le Royaume-Uni et l’Allemagne en matière de financement de l’aide au développement.

Les pays les plus pauvres seraient les premiers bénéficiaires de cette avancée. Par exemple, une affectation à 100 % des recettes de la taxe à l’aide au développement permettrait de récolter 700 millions d’euros supplémentaires par an. Avec cette somme, la France pourrait permettre à 1 million d’enfants dans les pays les plus pauvres de terminer l’école primaire et à 6 millions de personnes d’avoir accès à un traitement contre le VIH.

Pour que la France respecte son engagement d’allouer 0,7 % de son revenu national brut à l’aide au développement, il est possible d’agir : les député.e.s peuvent voter pour une TTF ambitieuse et solidaire lors du débat en séance publique dès la semaine prochaine. Aidez-nous à défendre une augmentation de l’aide, dites #MERCIDAVANCE à vos député.e.s !